Vous êtes ici : Accueil > La vie des associations > 10 manières d’aider les refuges

10 manières d’aider les refuges

Les refuges et associations de protection animale doivent faire face à une liste impressionnante de frais mais aussi de tâches au quotidien. Non subsidiés, ils manquent cruellement de moyens financiers mais aussi humains et ne doivent leur survie qu’aux dons et à l’aide bénévole qu’ils reçoivent. Que vous soyez riche ou fauché, chacun peut apporter de l’aide en fonction de ses moyens, de ses disponibilités, de ses talents, de ses envies…

A noter : ce site belge étant dédié aux chats, les liens donnés dans l’article concerneront uniquement les refuges et associations de protection féline en Belgique francophone, mais il est évident que bien d’autres refuges proposent également une série d’actions. Renseignez-vous !

1. Adoptez en refuge

Chaque jour en Belgique, 80 à 85 chats arrivent en refuge. 30.000 par an ! Plus d’un tiers d’entre eux ne trouvera jamais d’adoptant.

La meilleure façon d’aider les associations est en premier lieu… d’y adopter votre animal. Vous y trouverez des chats de toutes les couleurs, de tous les âges, et même parfois l’un ou l’autre chat de race. Adopter en refuge est très gratifiant : vous sauvez un malheureux, vous libérez une place pour un autre et votre nouveau compagnon à 4 pattes, reconnaissant, vous le rendra au centuple !

Les refuges demandent aux adoptants une participation aux frais vétérinaires qui peut paraître élevée alors qu’un chat donné par un particulier est « gratuit ». Mais si vous faites vos comptes, vous comprendrez très vite que mettre votre « chat gratuit » en ordre à vos frais vous reviendra bien plus cher, comme le montre le tableau. De plus, en acceptant les « chats gratuits », vous encouragez les personnes qui ne stérilisent pas leur animal à laisser venir les portées car « elles trouveront toujours bien quelqu’un à qui refiler les chatons ». Ou pas… et dans le pire des cas, elles les abandonneront.

2. Faites un don

2.1. Don financier

Même dans les petites associations, les frais s’élèvent très vite à plusieurs milliers d’euros chaque mois. Les dons financiers sont toujours les bienvenus. Vous trouverez les coordonnées bancaires sur les sites et/ou pages Facebook des associations, dont les liens sont repris dans ce répertoire.

2.2. Don matériel

Vous pouvez aussi, si vous le préférez, faire des dons en nature. On pense bien sûr d’emblée à la nourriture et à la litière, qui représentent les postes les plus importants en dehors des frais vétérinaires. Mais les associations ont également des frais en matériel divers : panier, jeux et jouets, coussins, couvertures, plaids, matériel et produits de nettoyage et de désinfection, matériel administratif.

2.3. Parrainage d’un chat

La plupart des associations ont plusieurs chats « à demeure ». Il s’agit de chats inadoptables en raison d’une maladie, d’un handicap, d’un âge trop avancé ou encore de chats qui s’avèrent rester trop sauvages et qui, parallèlement, ne peuvent pas être remis sur le terrain où ils ont été recueillis. Ils resteront ainsi à la charge de l’asbl jusqu’à leur mort.

Bien entendu, ces chats représentent eux aussi un coût. Vous craquez pour un de ces loulous, devenez son parrain ou sa marraine : cela consiste à verser mensuellement une petite somme pour couvrir en tout ou partie les frais consentis pour lui.

2.4. Carte de membre

Presque toutes les associations proposent des cartes de membre annuelles. Vous aurez parfois le choix entre plusieurs niveaux d’adhésion, suivant le montant. C’est une aide très symbolique qui marque votre attachement à l’association.

2.5. Leg

Et enfin, vous pouvez également prendre des dispositions testamentaires afin de léguer une partie ou la totalité de vos biens à un ou plusieurs refuges et associations à votre décès.

3. Devenez « Teamer » pour 1 € par mois

Teaming est une plateforme Internet participative où les associations peuvent créer un groupe. Le principe est que chaque participant (appelé « teamer ») accepte que lui soit prélevé 1 euro par mois pour financer un projet de son choix. Cela peut sembler dérisoire mais les petits ruisseaux font les grandes rivières. Les groupes qui fonctionnent bien rassemblent plusieurs centaines voire milliers d’euros mensuellement. Le site ne prélève pas de commission : l’entièreté des dons est reversé aux associations.

Parmi les refuges et associations de protection féline en Belgique francophone, plusieurs ont des groupes Teaming. En voici les liens.

Aide aux animaux Belgique Amichats & Co ASAB - SOS Animaux Belgique
Chats sans famille Félin pour l’autre (Orcq) Félins pour l’autre (Villers-le-Bouillet)
Inni Les chatons de Chabidou Les Coussinets du coeur
Poils et Moustaches Save Me Silence animal
Waterloo Help Cats Yes We Cat

4. Faites-vous plaisir sur les boutiques des assos

Une partie des associations proposent en permanence des objets à la vente via leur boutique en ligne. D’autres bénéficient de l’aide régulière de particuliers mettant des biens en vente à leur profit. Un cadeau en vue ou simplement l’envie de vous faire plaisir ? Joignez l’utile à l’agréable en vous tournant vers ces boutiques. Voici leurs liens.

CatRescue Chat’perlipopette Chats aux petits soins
Cosy Cat’s Félin pour l’autre Inni
L’Avis des chats Les Amis des animaux Les Chatons de Chabidou
Les Cœurs blessés Les Coussinets du coeur Les petits Célestins
Life for cats Opale – Refuge des Collines Sans Maître
Save Me Silence Animal Souki
Waterloo Help Cats

6. Devenez bénévole

Le travail ne manque pas dans les associations ! Que ce soit sur le terrain ou davantage dans l’ombre, les tâches sont multiples et chacun pourra trouver un poste qui convienne à ses possibilités et disponibilités. Aussi avant de vous engager, mesurez bien les implications que cela aura pour vous. Certaines aides peuvent être ponctuelles mais d’autres ne s’envisagent que dans la durée ou avec une certaine régularité.

6.1. Famille d’accueil

De plus en plus d’associations refusent la logique des euthanasies dites « de complaisance » (c’est-à-dire pour faire de la place pour de nouveaux arrivants). Afin d’augmenter leur capacité d’accueil, elle placent des chats en familles d’accueil qui en prendront soin jusqu’à leur adoption. Mais le système comporte sa propre limite : quand il n’y a plus de place, elles doivent alors refuser les prises en charge.

La période la plus cruciale s’étend de mai à septembre. On est alors en pleine période des portées de chatons nés errants ou abandonnés tandis qu’à l’approche des vacances, le nombre d’abandons d’adultes augmente. Parallèlement, en raison des départs en vacances, les adoptions sont en berne. D’année en année, les associations sont en « stop admission » de plus en plus tôt alors même que c’est à ce moment-là qu’elle reçoivent le plus grand nombre d’appels à l’aide pour la prise en charge de malheureux.

En devenant famille d’accueil, vous permettez d’augmenter le nombre de chats et chatons qui peuvent être sauvés. C’est une belle aventure humaine, très gratifiante. Les conditions pour être famille d’accueil peuvent varier légèrement d’une association à l’autre. Généralement, tous les frais sont pris en charge par l’asso. N’hésitez pas à vous renseigner auprès d’une asbl près de chez vous (voir ce répertoire, classé par province).

6.2. « Taxi-chat »

Le besoin en déplacements est incessant, qu’il s’agisse d’amener un chat de son lieux de capture vers le refuge, de conduire un ou plusieurs chats chez le vétérinaire, de co-voiturer un loulou vers sa famille d’accueil non motorisée… Si vous avez un peu de temps, votre « taxi-chat » soulagera beaucoup les bénévoles de l’asbl.

6.3. Visites pré- et post-adoptions

Dans leur processus d’adoption, une partie des asbl prévoient une visite chez les candidats adoptants afin de s’assurer que leur milieu de vie convient bien au chat qu’ils souhaitent adopter (chaque chat étant unique et ayant des besoins différents) ainsi qu’une visite post-adoption pour s’assurer que tout se passe bien et que l’animal est heureux dans sa nouvelle famille. Cela demande à la fois du temps et du tact…

6.4. Aide administrative

Qui dit asbl dit tâches administratives. A côté des obligations légales, il faut surtout répondre aux appels téléphoniques, aux mails, faire signer les contrats, assurer le suivi des adoptions, coordonner les sauvetages, les familles d’accueil, les déplacements, s’occuper des contacts entourant les actions et événements organisés par l’association, etc. La liste est longue et ô combien importante également !

6.5. Maintenance

Hé oui ! Un refuge ne peut pas transiger avec l’hygiène et la maintenance est une tâche primordiale. Nourrir les animaux, changer les litières, nettoyer du sol au plafond… Si ces tâches peuvent paraître ingrates, elles sont extrêmement importantes. Et le chouette côté des choses est qu’elles permettent aussi aux bénévoles de la maintenance de passer beaucoup de temps avec les chats et… de recevoir des câlins et ronrons à volonté !

6.6. Community manager

La plupart des associations disposent de pages ou groupes sur Facebook (et parfois aussi sur d’autres réseaux sociaux) sur lesquelles elles publient, entre autres, les annonces des chats à adopter et des appels à l’aide. Gérer ces pages est très chronophage. Si vous êtes un communicateur-né, si vous avez une bonne orthographe et beaucoup de self-control, voilà un poste taillé pour vous !

6.7. Récoltes, événements

Vous n’avez pas la possibilité d’aider de manière régulière mais l’idée de consacrer quelques heures de temps en temps vous séduit ? Toutes les associations organisent régulièrement des collectes dans les magasins, des actions diverses (vente de muguet le 1er mai, portes ouvertes, souper, soirée…) ou assurent une présence avec leur stand lors d’un événement organisé par des tiers (braderie, fête communale, salon animalier, par exemple).

Pour toutes ces occasions, des bénévoles sont nécessaires durant quelques heures. Pour être tenus au courant des besoins, suivez les pages Facebook des associations (vous en trouverez les liens dans ce répertoire) et l’agenda de notre site.

6.8. Trappage

Les chats nés errants ou abandonnés se montrent souvent craintifs et il n’est pas aisé voire impossible de les attraper pour les soigner, les stériliser et éventuellement les proposer à l’adoption s’ils sont suffisamment sociables. Aussi, les trapper avec une cage est bien souvent nécessaire.

C’est, soyons franc, un travail assez contraignant qui demande une infinie patience. En effet, il faut parfois rester plusieurs heures au même endroit pour surveiller la cage afin de réagir dès qu’un chat est piégé pour qu’il ne s’y blesse pas et surtout qu’une personne mal intentionnée ne lui fasse pas de mal. Contraignant… mais gratifiant à la fois car c’est le premier maillon de la chaîne qui permettra de lui sauver la vie.

6.9. Biberonnage

Parmi les minous sauvés par les associations, il y a malheureusement des portées entières de nouveaux-nés ou de chatons en très bas âge orphelins et non sevrés. Les biberonneur(euse)s ne sont pas légion et pour cause ! C’est sans doute le bénévolat le plus mignon qui soit mais aussi le plus dur !

D’une part, il est à réserver aux personnes qui ne travaillent pas car les plus petits doivent être allaités toutes les 2 à 3 heures, nuits comprises. D’autre part, ils n’arrivent pas toujours en pleine forme et, en raison de leur fragilité, les décès sont plus nombreux que chez les chats adultes. C’est donc un travail fatigant, parfois moralement difficile mais quelle récompense lorsqu’on parvient à leur faire passer le cap difficile du premier mois !!!

7. Mettez votre art au profit des assos

7.1. Photographie

Une jolie photo est toujours plus « vendeuse ». Si vous avez des talents en prise de vue, vous pouvez vous proposer pour prendre les loulous en photos. Celles-ci seront bien utiles pour les annonces des chats à adopter diffusées sur les sites ou groupes Facebook des associations.

7.2. Rédaction

Vous avez une belle plume et une bonne orthographe ? Là encore, votre talent peut s’avérer utile. Que ce soit pour écrire les pages du site ou pour rédiger des annonces accrocheuses pour les chats à adopter.

7.3. Graphisme

Les règles du graphisme et de la mise en page n’ont pas de secret pour vous, vous jonglez avec Photoshop, Illustrator, ou autre logiciel graphique ? Les associations ont toujours besoin de créatifs pour communiquer visuellement sur leur site, sur les réseaux sociaux, via des affiches ou encore pour mettre en page un calendrier qu’elles vendront en fin d’année.

7.4. Art et artisanat

Si vous faites partie de ces personnes qui ont de l’or dans les mains, vous pouvez mettre votre art au profit des assos. Que vous soyiez un as de la peinture, du dessin, du tricot, que vous fabriquiez de jolies choses en bois, en céramique, en tissu ou tout autre art ou artisanat, pourquoi ne pas vendre quelques-unes de vos œuvres en cédant le bénéfice au profit des loulous ?

8. Participez aux « Courses coup de pouce » de Makro

Vous êtes client chez Makro ? Vous pouvez alors récolter facilement des fonds pour une association sans dépenser un seul centime. Pour cela, il vous suffit de vous inscrire avec votre numéro de carte Makro sur le site coursescoupdepouce.be et de choisir l’association à laquelle vous souhaitez apporter votre soutien. Chaque fois que vous ferez des achats, elle recevra 3% du montant dépensé sous forme de bon à valoir.

Actuellement, les associations de protection féline de Belgique francophone enregistrées sur le site sont :

9. Faites vos recherches sur Lilo plutôt que sur Google

Lancé en 2015, Lilo est un moteur de recherche français solidaire qui finance gratuitement des projets sociaux et environnementaux. A chaque recherche effectuée sur Lilo, vous collectez des « gouttes d’eau » dont vous pouvez faire don à un des projets enregistrés sur Lilo. Toutes ces gouttes sont converties par Lilo en euros, reversés mensuellement au projet que vous avez choisi. Et ce qui ne gâche rien, c’est que Lilo est respectueux de votre vie privée et s’engage à ne pas collecter vos données personnelles ni de les revendre à un quelconque tiers. Voici les liens Lilo des associations actuellement enregistrées.

10. Partagez, sensibilisez !

S’il y a bien une aide que chacun peut apporter, c’est bien celle-là. De nombreuses personnes ne pensent tout simplement pas à adopter en refuge lorsqu’elles cherchent un animal. Faire connaitre les associations, sensibiliser à l’adoption en refuge, à la stérilisation, à la problématique de l’abandon peut changer leur état d’esprit. Et bien sûr, si vous êtes sur les réseaux sociaux, n’hésitez pas à partager les annonces et appels des assos.