Vous êtes ici : Accueil > La vie des associations > ADA Cat’sresthouse : un abri pour vieux chats

ADA Cat’sresthouse : un abri pour vieux chats

Après de de longues années passées, certains vieux chats errants ne peuvent plus s’adapter à la vie d’intérieur. Afin de leur offrir une fin de vie douce et confortable, ADA asbl les recueillera dans un lieu libre et sécurisé.

Tout commence par l’histoire de Blanco…

Né à la rue ou abandonné, Blanco s’est accroché et a survécu à de nombreuses années d’errance. Lorsque l’association le récupère, Blanco a plus de 12 ans, il est sourd, ses dents sont en mauvais état et son oreille sanglante s’avère être atteinte d’une tumeur qui oblige une ablation partielle.

Après les soins appropriés, Blanco découvre la nourriture de qualité et la douceur d’un panier. Mais sa peur intense de l’humain, bien compréhensible, est trop profondément ancrée : ce pauvre loulou vit dans la solitude, terré à l’abri des regards.

Il faut se rendre à l’évidence : Blanco ne pourra pas supporter la vie en famille. Et impossible de le remettre sur le terrain d’où il vient, surtout avec sa surdité ! Il faut trouver une solution…

Une maison de repos pour vieux chats errant

La solution est venue d’une amie de l’asbl ADA, qui a proposé à l’association la jouissance d’une partie de son terrain. L’idée de Cat’sresthouse était née !

La sécurisation de ce terrain et la réhabilitation d’un garage permettra de procurer un abri couvert et chaud à Blanco tout en lui laissant la liberté et l’indépendance qui lui convient. Blanco sera le premier pensionnaire de la « maison de repos » mais elle permettra aussi d’accueillir d’autres chats dans la même détresse.

Sur la page Facebook de l’asbl, sa présidente explique : « Nous voulions éviter que ces déshérités meurent sans soins après une longue agonie. (…) Ils ont galéré, survécu par miracle dans des conditions inhumaines. Côtoyer ces victimes, se sentir impuissante à les sauver tous me détruit. (…) Cet hébergement permettra à des vieux chats qui ont toujours vécu dehors, et qui manifestement refusent de vivre à l’intérieur, d’avoir un endroit abrité et chauffé, mais aussi une aire de promenade sécurisée et un “service hôtelier”. (…) Ils découvrent la saveur de bonnes gamelles, la chaleur de paniers douillets et les soins vétérinaires qu’ils n’avaient jamais reçus. Nous leur offrons, pour la première fois de leur vie, l’amour et le respect qui leur sont dus. »

Malheureusement, ces travaux ont un coût non négligeable pour la petite association. C’est pourquoi elle a lancé un appel aux dons pour financer le projet.

Comment aider ?