Vous êtes ici : Accueil > Humeurs et actus > Cap Chats, parents d’un demi-jour

Cap Chats, parents d’un demi-jour

Je m’appelle Spirou. Du moins c’est le nom que le monsieur et la dame que je ne connais pas m’ont donné, très temporairement. Durant 3 ou 4 heures en fait. Je suis né dans un hameau de montagne, rassemblant tout juste 3 maisons. Ou bien suis-je venu du hameau plus important d’à côté ? Je ne me souviens pas. Ai-je eu une famille ? Qu’est devenue ma maman ? Tout se brouille dans ma tête. :'-(

J’ai hurlé de faim durant 7 jours dans les alentours d’un gîte. La dame sortait souvent le soir, je voyais bien qu’elle me cherchait. Mais moi, j’avais très peur, je me cachais. Ma chance : là-haut, le soir, tout résonne, pas facile de savoir d’où viennent mes miaulements. Et passé une certaine heure, il n’y a plus d’éclairage public. La dame ne me trouvait pas, même avec sa lampe de poche, surtout que j’étais bien caché ! ;-)

Un matin, j’entre dans une sorte de grange restée ouverte. Il a fait si froid cette nuit, à peu près 2 degrés ! Dans tout le fatras de cette immense grange servant de débarras, je trouverai sûrement quelque chose pour me réchauffer, dans un petit coin à l’abri des regards. Zut ! La dame m’a vu… elle approche. :-o Ah mais elle n’entre pas dans la grange, elle va sonner chez la voisine. Ouf, elle ne m’a pas aperçu. Oh non ! voilà qu’elles arrivent toutes les deux, je cours à toutes pattes, je rentre les oreilles, je fonce dans l’angle… je suis coincé. Que va-t-il m’arriver ? :-o

Terrorisé, je souffle tant que je peux : je dois absolument leur faire croire que je suis un tigre pour les faire fuir ! :-D Mais la dame a du courage, elle tend la main, elle dit que je ne vais pas la dévorer. Sa main attrape ma tête, mes pattes se soulèvent, je suis piégé. En fin de compte, je ne suis qu’un petit bonhomme haut comme une seule pomme, que puis-je faire ?

La dame qui m’a attrapé me caresse la tête. C’est agréable mais j’ai très peur : mon petit corps tremble comme une feuille, je ne parviens pas à m’arrêter. :( Je l’entends dire qu’elle habite à 1000 km et ne peut pas m’emmener. La voisine la prévient : “Je ne veux plus de chat”. Aucune ne veut de moi, que vais-je devenir ? :'-(

La dame m’emporte dans son gîte. J’ai toujours peur mais au moins ici, il fait chaud. Elle me dépose dans les mains d’un grand monsieur, lui aussi me caresse la tête. Je pleure, mon ventre me fait mal. Je sens une odeur irrésistible… serais-je en train de rêver ? Non !!! Une assiette de poulet est déposée près de moi… c’est pour moi ? Oh merci ! 😍 Je l’engouffre, j’ai si faim !!! Déjà fini ! :'-( Mais on me remet du poulet une seconde fois, puis une troisième. Le monsieur ne cesse de me caresser. Ils ont l’air gentils tous les deux, je n’ai plus peur, j’ai enfin chaud, mon ventre est rempli, je m’endors doucement dans ces bras si doux, me demandant s’ils vont quand même me garder. Je suis bien ici. :-)

La dame tapote à toute vitesse sur son ordinateur. De temps en temps, elle s’interrompt pour me faire des petites gratouilles. 😍 Au bout de 2 heures, on bouge. Ils m’enveloppent dans un tissu chaud et doux et on sort à l’extérieur. Vous n’allez pas me remettre dehors, hein !!! :-o Mais on monte dans une voiture, la dame me fait plein de câlins et me parle d’une voix douce. On roule, pas longtemps. Soudain, la voiture s’arrête et j’entends des aboiements. Ça je connais : j’en entendais sans cesse là d’où je viens. Ça ne m’effraye pas. On entre dans une maison, moins jolie que la première mais il y fait chaud aussi. Ouf ! On m’emmène dans une petite pièce ; il y a un copain-chat quelque part, j’en suis sûr ! Je le sens mais je ne le vois pas. Et… il y a une immense assiette de nourriture !!! B-) Je me précipite, je mets les deux pattes dedans :-D et je mange, je mange… !

La gentille dame me fait une dernière caresse, me dit qu’ici on va me trouver une vraie famille et me souhaite bonne route.

Je sais maintenant que les anges existent pour de vrai, qu’ils guident les pas des gens qui aiment les petits chats comme moi. Et il était temps qu’ils me trouvent : le lendemain, ils repartaient en Belgique ! J’ai à peine plus d’un mois, mais je sais que je n’aurais pas pu vivre beaucoup plus longtemps. Merci à eux de m’avoir sauvé et merci au Refuge Apahd à Embrun d’avoir accepté de m’accueillir “au pied levé”. 😍

Votre Spirou d’un jour.